Les nouilles instantanées sont nées à Osaka !

Bienvenue au musée Ikeda : le musée de la nouille instantannée, à Osaka. Le but : faire comprendre à tout le monde comment le procédé a été inventé, et montrer que chacun peut être l'inventeur de quelque chose qui va changer le monde.

Ce musée voit passer environ 700 000 visiteurs par an. Parmi eux, il y a 10 % d’étrangers, surtout des asiatiques, qui ont l’habitude de manger des nouilles.

 

Sur place, les informations  ne sont pas que des panneaux disposés sur un mur. L'objectif était de créer des interactions, pour que les enfants apprennent en s’amusant. A la fin de la visite, vous pouvez faire vos propres « Cup noodles ».

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
11

Les photos (cliquez pour agrandir)

Mais comment sont donc nées les nouilles instantanées ?

 


Momofuku Ando, leur inventeur, n’avait à la base aucune compétence particulière, pour faire ce qu’il a fait. Avant de commencer à faire des nouilles instantanées, il ne savait même pas comment faire des nouilles simples !

 

Il avait entrepris beaucoup de choses au cours de sa vie, avec une certaine réussite... mais il s’est fait escroquer par une banque qui a utilisé son nom, et qui lui a donné la responsabilité de pas mal de problème. Il avait presque tout perdu. Et plutôt que de s’enfermer dans la déprime, il a utilisé le temps qu’il avait devant lui.

 

C'était l'hiver. M. Ando se promenait dans le quartier d'Umeda, à Osaka. C’est aujourd’hui un quartier riche, voire luxueux, un hub de transport. Mais à l’époque, c’était un marché noir ! Une scène l’a alors marqué : des gens faisaient la queue, bravaient le froid pour acheter un bol de ramen auprès d’un vendeur ambulent. Il s’est donc dit : et si on pouvait le faire chez soi ?

Il s’est imposé cinq points essentiels : que ce ne soit pas cher, que ce soit facile à faire, que cela puisse être conservé à température ambiante, qu’il n’y ait pas de problème d’hygiène, et bien sûr que ce soit bon !

 

M. Ando est ainsi revenu chez lui, a construit une petite cabane en bois dans son jardin (visible dans le musée). Et il s’est imposé une discipline de fer : il y a travaillé jour après jour pendant un an, jusqu’à atteindre son objectif. Si on ne tente pas, on ne saura jamais si on est capable de le faire, se disait-t-il.

 

L'homme n'avait une machine pour couper les pâtes et une énorme marmite. Pour le reste, il n’utilisait que des choses que nous avons tous chez nous.

 

Il voulait un goût que tout le monde puisse consommer, donc pas de bœuf (en raison de son caractère sacré en Inde), ni de porc (en raison de son caractère sacré dans les pays musulmans). Il a par conséquent opté pour un bouillon au poulet, et la sauce soja.

Il coupait lui-même le cou de chaque poulet pour faire son bouillon, ce qui traumatisait quelque peu son fils, qui ne peut aujourd’hui plus manger de chair de poulet  !

 

Le plus difficile, ça a été d’assécher les nouilles, pour qu’elles puissent se conserver à température ambiante. Alors, comment a-t-il fait ? Yoshihito Kawate, responsable de la communication chez Nishin, l'entreprise fondée par Momofuku Ando, nous explique.

Le 25 août 1958, les nouilles instantanées sont nées. Momofuku Ando avait 48 ans.

Les « Chikin Ramen » ont été commercialisés dans des petits emballages plastiques. Une partie était transparente, pour que chacun voit bien de quoi il s’agissait. Cela a par la suite été supprimé, car la lumière réduisait la durée de conservation des nouilles.

 

Reste qu'à l’époque, il n’y avait pas tant d’outils de propreté intellectuelle. De nombreuses entreprises ont alors essayé de copier le produit, jusqu’au packaging.

Mais elles ne savaient pas bien comment s’y prendre et il y a eu, forcément, beaucoup de problèmes sanitaires. Une situation qui a duré 13 ans, durants lesquels le marché a été saturé de ces mauvais produits. Et c'est, une nouvelle fois, Momofuku Ando lui-même qui a trouvé la solution.

Le marché japonais a ainsi pu se développer convenablement, sans problèmes sanitaires.

 

Momofuku Ando est alors parti à la conquête des marchés internationaux, en commençant par les Etats-Unis. Et les observations surprenante - de son point de vue -  qu'il fera sur place le conduiront, à l’âge de 31 ans, à mettre au point un nouveau produit : les « Cup noodles ».

C’est avec ce produit que Nissin pénétrera ses premiers marchés étrangers : les cup noodles sont aujourd’hui connues dans le monde entier.

A l’époque, il faut savoir que les Cup Noodles étaient aussi commercialisées au Japon. Les jeunes les privilégiaient aux Chikin Ramen, car ils trouvaient la façon de les consommer... exotique. Mais les plus anciens trouvaient que manger quelque chose de cette manière, sur le pouce, relevait d’un manque d’éducation.

 

Petit à petit, les Cup Noodles ont toutefois fini par prendre le pas sur les Chicken Ramen au Japon. En 1972, c'est une prise d’otage en montagne, en plein hiver qui fait une publicité gratuite au produit, cinq mois seulement après son lancement. Beaucoup de policiers, sur place, debout dans le froid, avaient opté pour ces Cup Noodles afin de se rassasier. En voyant cela à la télévision, bien des Japonais ont alors craqué pour elles.

 

De nombreux produits ont depuis été crées : soba, udon, yakisoba. Des packagings en forme de bol ont même vu le jour, reprenant les habitudes de certains pays d’Asie.

 

Mais comme nous l’avons déjà dit, la cuisine de l’est et de l’ouest du Japon est très différente, et il a fallu en tenir compte lors de la commercialisation des udon de la marque. Encore une fois, la légende veut que ce soit Momofuku Ando lui-même qui soit venu à bout du problème - c'est du moins ce que l'on affirme chez Nissin.

Une transition qui se ferait dans la préfecture de Gifu, à Sekigahara.

 

Au final,  les « Cup noodles » n’auront pas seulement fait le tour du Japon, et du monde.

Passionné par la conquête de l’espace, Momofuku Ando a travaillé avec la Jaxa, l'Agence d'exploration aérospatiale japonaise. Grâce à cette collaboration, et alors que M. Ando avait 94 ans, les ramen instantanés ont envoyés... dans l’espace.

   TOUS DROITS RÉSERVÉS - ALL RIGHTS RESERVED COPYRIGHT / CONTACT CRÉDITS PHOTOS : ANGELO DI GENOVA - AMAURY BARADON

  • Twitter Clean
  • facebook