Le Tecchiri

Shinsekai - nous nous y sommes déjà arrêtés - est un quartier à l'aspect et à l'atmosphère très populaire, désuète voire sulfureuse. Et c'est bien ce qui fait son charme !

 

Si vous jetez un œil à la tour Tsutenkaku, symbole de son dynamisme d'autan, vous risquez fort aussi d'apercevoir un fugu gonflable flottant au dessus d'une rue.

 

Le fugu, c'est ce poisson-globe qui, mal préparé, peut vous tuer… D'ailleurs, la vision de ce poisson ne vous donne-t-elle pas envie de goûter au tecchiri, la fondue de fugu made in Osaka ?

A côté du fugu de Shinsekai accroché dans les airs, se trouve « Zuboraya », une chaîne de restaurant ayant pour spécialité... le fugu, évidemment. Elle existe depuis 90 ans. Généralement, le fugu coûte cher, et il s'agit de l'un des rares endroits où l'on peut le déguster pour un prix abordable. A l'intérieur, Monsieur Ichiguro nous accueille.

Le fugu est consommé depuis presque deux millénaires au Japon. Ce qui contient le poison, c'est le foie. La réglementation est très stricte et il faut une licence pour cuisiner cette partie de l'animal. Ici, pas de risque, car pas de foie.

Dans la région d'Osaka et de Kyôto, le Kansai, on utilise le mot familier « teppô » pour désigner le fugu. « Teppô » signifie en réalité « fusil », rappelant ainsi la dangerosité du poisson-globe. « Tecchiri », c'est la contraction de « teppô » et « chiri nabe », « nabe » qui signifie « chaudron » et désigne un type de fondue japonaise. Le tecchiri, c'est donc la fondue de fugu.

Servi ici avec un verre d'alcool japonais, dans lequel trempe une partie du terrifiant poisson, comment est préparé le tecchiri ? Réponse avec Monsieur Ichiguro.

Alors, le tecchiri est-il un plat apprécié, malgré la réputation mortelle du fugu ?

Les photos (cliquez pour agrandir)

DSC_4203
DSC_4212
DSC_4234
DSC_4194
DSC_4222

Et si vous n’êtes pas prêts à goûter le « tecchiri », n’hésitez pas à tester une autre délicieuse fondue qui provient d’Osaka :
le shabu-shabu.

   TOUS DROITS RÉSERVÉS - ALL RIGHTS RESERVED COPYRIGHT / CONTACT CRÉDITS PHOTOS : ANGELO DI GENOVA - AMAURY BARADON

  • Twitter Clean
  • facebook